mardi 30 avril 2013

L'obsolescence programmée : le responsable n'est pas coupable !


« On peut tromper 1 fois 1000 personnes mais on ne peut pas tromper 1000 fois 1 personne ».

L’obsolescence programmée fait son retour médiatique avec une loi allongeant les durées minimum de garantie.
Je vais me baser sur un article du Monde qui recense les différentes formes obsolescences programmées pour les discuter d’après un point de vue économique. Je compléterai ce référencement avec les exemples qui  sont couramment avancés dans les médias.

samedi 30 mars 2013

Cadre de référence et autres platonicités



« ki C k’a raison ? »

Nombreux sont les débats qui tournent à l’affrontement direct entre deux positions distinctes. Le résultat est généralement improductif. Les participants restent arc bouté sur leur position et les spectateurs sont, au mieux, dubitatifs et pas beaucoup plus informés, ou, au pire, ils n’auront retenu que ce qui confirment leurs convictions. Ce constat ne concerne pas seulement les joutes de l’arène médiatique mais également la plupart des « conflits » quotidiens.
Liste non exhaustive des sources de mésentente lors d’une discussion :

mardi 12 mars 2013

L'Art délicat de l'Abandon

 

« Si tu veux faire d’vieux os dans c’métier soit libre comme l’air, tout ce qui a pu prendre une place dans ta vie tu dois pouvoir t’en débarrasser en 30 secondes montre en main, dès que t’as repéré un seul flic dans le coin. » Heat, Neil McCauley

« Si tu abandonnes une fois, tu abandonneras toute ta vie » Top Chef


Les pièges abscons :

samedi 2 mars 2013

Pouvoir d’achat, consommation des ménages, recours au crédit et productivité : une analyse d’un peu de tout dans tous les sens…


Deux choses notables sur ce graphique :
  •  Il y a deux périodes, une première où la consommation des ménages et leur pouvoir d’achat augmentent (1999-2007). Une deuxième période où ils stagnent voir diminuent (2008-2011).
  • La croissance de la consommation évolue plus vite que la croissance du pouvoir d’achat.

mercredi 27 février 2013

Prix, valeur et pinard !

 
« Le prix c’est ce que tu payes, la valeur c’est ce que tu prends. » W.Buffet


Le prix et la valeur d’un produit sont deux notions différentes. Le prix est le montant affiché sur l’étiquette et que l’on va payer, généralement il s’agit d’un prix de marché fixé par le jeu de l’offre et de la demande.

La valeur est une notion individuelle, tout le monde n’accorde pas la même valeur à la même chose. La valeur d’une paire de lunettes pour un myope n’est pas la même que pour une personne qui n’en a pas besoin, pourtant le prix des lunettes est le même pour les deux personnes.

La valeur relative par rapport au prix est la valeur que l’on accorde au produit comparé à son prix, qui pourrait se rapprocher de la notion de rapport  qualité/prix.

Le prix relatif par rapport au revenu est le rapport entre le prix et le revenu du consommateur. Le prix relatif d’une montre à 200€ n’est pas la même si le consommateur gagne 1 000€ ou 20 000€.


mercredi 20 février 2013

Rouges vs Verts : discrimination et inégalité


La discrimination au travail est majoritairement expliquée par des sentiments négatifs envers les discriminés : le machisme pour la discrimination des femmes, le racisme pour la discrimination des travailleurs  issues de l’immigration y compris après plusieurs génération, le jeunisme antivieux etc…
Une expérience de laboratoire peut nuancer cette approche par un comportement rationnel de la part des recruteurs comme des discriminés sans faire intervenir l’affect. (Le protocole de l’expérience et les résultats chiffrés sont « à la louche », je suis encore incapable de retrouver la source [1])

L’expérience est un jeu itératif c'est-à-dire en plusieurs rounds soit l’équivalent de plusieurs générations dans la réalité. Les recruteurs devront choisir leurs employés entre les verts et les rouges. L’utilisation de ces codes couleurs est censée réduire la notion d’affect à zéro.

lundi 11 février 2013

Libéralisme, individualisme et Etat Providence.


Cet article sera pire que les précédents, encore moins de rigueur, de références et toujours pas de méthodologie…

Un petit constat :


Plus les personnes âgées en maison de retraite sont riches plus elles reçoivent de visitent de leur famille [1]. Trois possibilités :
1 : L’amour intergénérationnel est plus grand dans les familles riches
2 : Une famille pleine d’amour favorise la richesse
3 : La perspective d’un héritage conséquent favorise les visites et le maintient des liens familiaux.
4 : Les familles riches disposent de plus de temps et de moyen pour donner de l’amour

Indice : Toutes choses égales par ailleurs, plus il y a d’héritiers, plus chaque héritier rend visite à son parent.

NB : C’est un comportement « moyen » observé aux USA, et qui dit moyen, dit que tous les cas sont possibles mais qu'en moyenne c’est ce que l’on observe. Or, pour observer le comportement d’une société un comportement « moyen » avec tous ses défauts, en particulier celui de généraliser grossièrement, reste une bonne approche.

Etat providence et individualisme :


mercredi 30 janvier 2013

Flexibilité vs protection des emplois (encore...)



La question récurrente : la flexibilité du marché du travail permet-elle vraiment de faire baisser le taux de chômage ?

Un patron plein de fric sur BFM Business à reformuler la question de manière intéressante :
La protection administrative des emplois, avec les coûts que cela entraine (argent, temps, conflits sociaux) permet-elle de lutter contre le chômage, ou plus généralement, apporte-t-elle un bénéfice social ?



La comparaison entre pays est sur-utilisée car facilement compréhensible par le public, mais présente peu de valeur dans une analyse simpliste. « Toutes choses ne sont pas égales par ailleurs », tous les pays sont différents (population, structure de l’économie, culture, fiscalité…) ce qui rend les comparaisons assez délicates voir trompeuses. Je mets le graph parce que je l’avais déjà fait, c’est du recyclage, occupation de l’espace à moindre coût.

Pour en revenir à la question, la protection des salariés et son impact sur le chômage, je vais aller regarder dans mon manuel et je vous réponds dans 8 ans.

Un début de (non) réponse sur le blog de Captain €conomics

vendredi 25 janvier 2013

[MAJ] La rationalité du locataire qui « oublie » de faire sa demande d’APL


L’histoire :

Un étudiant non salarié avec un revenu mensuel R issue de transferts familiaux et de la mensualisation de son épargne, prend une location pour 12 mois déterminée à l’avance. Cette location lui donne droit à 120€ d’APL par mois soit 1440€ sur 1 an. Son temps disponible est égal au temps offert par la nature moins ses heures de cours. N’exerçant pas d’activité salariée son temps disponible est égal à son temps de loisir.
Le dossier d’APL demande 1h de « travail ». Les APL sont versées avec un mois de décalage et la possibilité d’un effet rétroactif. L’étudiant dispose des informations.


Questions :

Comment expliquer que certains étudiants vont attendre le 12ème mois pour faire leur dossier d’APL. Sont-ils rationnels ? Pourquoi pas avant et pourquoi le faire au 12ème mois s’ils n’en ont pas « besoin » ?

mardi 22 janvier 2013

Les relèvements des plafonds du livret A et du LDD pénalisent-t-ils l’assurance vie et le financement de l’économie ?



L’annonce de la hausse des livrets réglementés avait provoqué beaucoup de réactions notamment sur ces effets sur l’assurance vie et le financement de l’économie. Valérie Pécresse dénonçait le mercredi 22 août une "mesure anti-entreprises".


dimanche 13 janvier 2013

Est-il rationnel de taxer l'obésité ?




Cet article du Monde nous apprend que le Royaume-Unis réfléchie à la possibilité de contraindre les personnes obèses à faire de l’exercice sous peine de sanctions financières. On apprend également que la ville de Strasbourg fournie des abonnements dans des salles de sport sur ordonnance du médecin.

Les comportements nocifs pour soi mais surtout pour la société font intervenir le législateur qui cherchent à les réguler (vol, drogue illicite, tabac, abus de pouvoir, etc…).

Cette législation limite les libertés individuelles : l’interdiction de tuer autrui ne pose pas de problème (et encore…), interdire l’usage des drogues dures est admis même si certains pensent qu’il serait  plus efficace de légaliser, fumer du tabac est légal mais fortement taxé, etc…

La proposition de contraindre les personnes obèses à pratiquer une activité physique sous peine d’amende revient à taxer un comportement nocif pour l’individu et pour la société.

jeudi 29 novembre 2012

Classements 2012 des meilleurs hôpitaux et cliniques - Résultats des Fac de médecine à l’ECN – Rang max par ville et par spécialité



Classements des meilleurs hôpitaux et cliniques 2012



Avantages de ce palmarès :

·         Différents classements selon la taille de l’établissement en nombre de lits
·         Un classement par région selon « la prise en charge »

Top3 des établissements de plus de 600 lits


CHRU de Tours n’apparaît pas dans les 39 premières positions des établissements de plus de 600 lits.



Top 5 :

mercredi 28 novembre 2012

Carburant : L’Etat lutte pour le pouvoir d’achat avec un cadeau de 6€ par ménage



Baisse du carburant = 6cts environ par litre
Gain pour 25l = 1,5€
Gain pour un ménage qui consomme 2 pleins par mois = 6€/mois
Gain total pour un ménage qui consomme 2 pleins par mois = 18€ pour les 3 mois d’application
Coût pour l’Etat du dispositif = 300 millions d’€
Rentabilité en termes d’image pour l’Etat avec un dispositif surmédiatisé et aux bénéfices modestes pour le consommateur = +++

Petite analyse sans prétention :

mardi 27 novembre 2012

Les spéculateurs ? Tous des enc… ! Oui… mais non, enfin pas toujours.



Les méchants spéculateurs qui ne pensent qu’à leurs profits sont nuisibles à la société !

1-    L’utilité des marchés financiers.


Pour avoir des spéculateurs financiers il faut des marchés financiers. Et les marchés financiers ont certes des travers, mais apportent aussi de nombreux avantages. Parmi eux, la capacité à collecter d’importantes ressources financières pour financer des investissements qui n’auraient pas pu l’être de manière « traditionnelle » avec une banque ou un groupe restreint d’investisseurs. On peut penser par exemple au développement du chemin de fer ou des compagnies maritimes dès le XIXème, et surement avant, mais aussi aux investissements liés à l’énergie ou à la recherche pharmaceutique par exemple.
Dans sa forme théorique, les marchés financiers sont efficients. Ils permettent la rencontre entre l’offre et la demande, entre ceux qui ont des besoins de financement et ceux qui sont en capacités de financer, cela au meilleur prix. De plus, les acteurs du marché, à la recherche de profits, sont à priori plus aptes à déterminer les projets les plus rentables qu’une autre forme de discrimination par exemple par les pouvoirs publics (problème d’intérêt, de capacité et de compétences spécialisées pour juger). Donc mis à part certains cas où l’Etat a intérêt à se substituer aux marchés pour fournir des biens qui ne seraient pas financer de manière acceptable suivant les valeurs d’une société, par exemple l’éducation en France, les marchés sont utiles et performant (mais aussi imparfaits dans la pratique).

2-    La distinction entre les investisseurs et les spéculateurs


dimanche 25 novembre 2012

La protection des emplois : une politique contre productive pour l'emploi


Le chômage français était de 10,8% au sens du BIT en septembre 2012. De l’aveu même du gouvernement, il devrait continuer à croitre tout au long de 2013 avant une hypothétique baisse à partir de 2014. Le chômage est l’une des préoccupations majeures des français et une source de mal être pour ceux qui le subissent comme pour ceux qui le craignent. Ainsi, le gouvernement ne manque pas de médiatiser son action pour lutter contre ce fléau. Les 8000 destructions d’emploi de PSA sont négociées directement avec le ministre du redressement productif, l’idée de nationaliser les hauts fourneaux de  Florange  est évoqué aussi bien par les politiciens de gauche que de droite pour sauvegarder les 629 emplois qui y sont associés. Les politiciens sont actifs et l’ont toujours été pour protéger les emplois, et leur action est surmédiatisée pour démontrer leur volonté et peut-être minimiser les inquiétudes de la population active.

Mais lutter contre la destruction d’emplois est-elle la meilleure méthode pour réduire le chômage ?

Comment ne pas payer ses dettes à son banquier (avec la loi)


Titre : Comment ne pas payer ses dettes à son banquier (avec la loi)

Auteur : Serge Maître, Membre titulaire du CCSF (Comité consultatif du secteur financier) auprès du ministre de l’Economie et des Finance, il dirige le service juridique de l’AFUB (Association française des usagers des banques) dont il est le secrétaire général. Il intervient en qualité d’expert sur France Bleu pour répondre aux questions des auditeurs.

Edition :Librio Memo

Publication : Juin 2012

Prix : 3€



Le livre donne des indications sur la manière d’alléger ses charges financières dues à son banquier de manières légales.

samedi 24 novembre 2012

La hausse du plafond du livret A : une mesure populaire qui profite… aux riches.



Le 1er octobre 2012, le plafond du livret A a été relevé de 15 300€ à 19 125€ et sera a priori relevé de 25% avant la fin de l’année. Cette hausse était une des mesures phares de la compagne du président, et elle avait les faveurs d’une large partie de la population.
On compte environ 60 millions de livret A, et un taux de détention de 85% (enquête patrimoine des ménages 2010 de l’Insee).  Ceci explique la sensibilité du public aux réformes qui touchent un « produit d’épargne populaire ». Mais la distribution des encours est très inégale. Ainsi, seul 9% des livrets étaient au plafond de 15 300€ et 47% des livrets avaient un encours inférieurs à 125€.